Périple vers Cathay

Kublai Khan est le petit-fils de Jenghiz Khan, un guerrier redoutable. Alors que l'histoire se souvient du grand-père comme d'un conquérant impitoyable, Kublai est surtout reconnu pour la sagesse de sa gouvernance. Il est le fondateur de la dynastie des Yuan qui régnera sur le plus grand empire que le monde n'ait jamais connu. (Avec la permission de The Granger Collection, New York/24455)

En 1271, Marco Polo, son père Niccolo et son oncle Maffeo entreprennent un périple vers l'Asie centrale. Après avoir quitté Venise, ils se dirigent vers Acre sur la côte méditerranéenne. Ils prévoient d'abord traverser la Syrie et l'Iraq, mais une guerre sanglante sévissant dans la région, ils décrivent plutôt un grand arc passant par l'Arménie pour ensuite se diriger vers le sud et traverser la Perse et la Géorgie. Ils poursuivent leur voyage dans des zones désertiques et arides où ils réussissent par ailleurs à échapper aux brigands. Rendus à Ormuz, une ville portuaire importante, ils envisagent de s'embarquer pour l'Inde. Toutefois, l'état délabré des bateaux, « qui ne tiennent que par des ficelles », les amène à changer d'idée. Ils se dirigent donc vers le nord et pénètrent en Afghanistan après avoir traversé un désert, contourné la mer Caspienne par le sud et transité par la région correspondant au Tadjikistan moderne.

Au cours de l'année 1273, le trajet des Polo les mènera dans l'ouest de la Chine, dans la plaine du Pamir, une des régions les plus élevées du globe. Quand ils redescendent « du toit du monde », ils arrivent près du vaste désert de Gobi, à propos duquel Marco Polo écrira : « Il est si étendu que ça prend une année pour le traverser d'un bout à l'autre. (…) Il est entièrement constitué de montagnes, de sable et de vallées. On n'y trouve absolument rien à manger. » Ils font des provisions d'eau et de nourriture, et louent des chameaux. Ils progressent lentement — 20 kilomètres par jour — mais en fin de compte, ils finissent par atteindre le nord de la Chine, à proximité de l'un des palais de Kublai Khan. Quand ce dernier apprend l'arrivée prochaine des Polo, il leur envoie une escorte et les invite à sa cour.

En mai 1275, les Polo arrivent à Shangdu, capitale initiale du royaume de Kublai Khan. Trois années et demie se sont écoulées depuis leur départ de Venise. Ils ont parcouru 9 000 kilomètres…

La vie de Marco Polo en compagnie de Kublai Khan

Selon ses dires, Marco devient un des favoris du Khan, ce qui lui vaut d'être nommé à des postes d'influence de l'administration. Au service de la cour du Khan, il effectue de nombreuses missions spéciales en Chine, en Birmanie et en Inde. Il faudra attendre le XIXe siècle avant qu'un autre Européen foule le sol de plusieurs des lieux visités par Marco Polo. Il brosse un tableau de la capitale du royaume de Kublai Khan, dépeint ses cérémonies et la vie à la cour. Il s'émerveille devant le palais d'été, « le palais le plus fastueux qui ait jamais existé », dont les murs sont recouverts d'or et d'argent.

Marco Polo reste ébahi devant le pouvoir énorme de la Chine, ses richesses et son système social complexe. Sous la dynastie mongole, la Chine est un vaste empire dont l'économie éclipse celle de l'Europe. Des canaux relient les villes florissantes et les marchés prospères de la Chine en un vaste réseau où la monnaie de papier (encore inconnue en Europe) et le crédit sont très répandus. Les Chinois peuvent se procurer des livres brochés en échange de monnaie de papier; ils mangent leur riz dans des bols de fine porcelaine et portent des vêtements de soie.

Départ de la Chine

Le séjour des Polo à la cour de Kublai Khan durera 17 ans. Ils accumulent ainsi une petite fortune en bijoux et en or. Ils se montrent désormais impatients de rentrer dans leur pays, car ils craignent qu'on ne leur interdise de partir si Kublai vient à mourir. C'est à contrecœur que le Khan les laisse partir; il pose comme condition que les Polo escortent une princesse mongole en Perse, où elle est destinée à épouser le prince Arghun.

Le voyage en mer dure deux années, au cours desquelles 600 passagers et membres d'équipage mourront des suites de maladies ou d'attaques menées par des pirates. Quand ils parviennent finalement à Ormuz, en Perse, ils apprennent que Kublai Khan est décédé. Cependant, la protection du Grand Khan lui survivra : ils réussiront à voyager dans les contrées où abondent les brigands et à rentrer enfin chez eux sains et saufs, grâce à un sauf-conduit sous forme de pièce d'or (un gerege) que le Grand Khan leur a remis et qu'ils présentent au besoin.

Pour en apprendre plus : Les mondes de Marco Polo