Le devisement du monde

Marco Polo dicte le récit de ses voyages, qui deviendront célèbres, à son compagnon de cellule, l'écrivain Rustichello da Pisa : par ailleurs, on soupçonne celui-ci d'avoir quelque peu enjolivé l'ouvrage intitulé Le devisement du monde (La description du monde).

À la fin du XIIIe siècle, alors qu'il est incarcéré à Gênes, en Italie, Marco Polo dicte le compte rendu de ses aventures à son compagnon de détention, le romancier Rustichello da Pisa. Le récit de Marco Polo donnera lieu à l'un des livres les plus célèbres de l'histoire, qu'il intitule Le devisement du monde ou Les voyages de Marco Polo. C'est la couleur des récits qui donne toute sa saveur au livre, l'un des premiers best-sellers. D'abord publié en 1307, il sera aussi l'un des premiers à être imprimé quand la presse à imprimer fait finalement son apparition dans l'Europe du XVe siècle.

Le livre de Polo brosse le tableau de ses périples en Asie, qui le mèneront jusqu'en Chine, dans les années 1270. Il dépeint sa vie à la cour du grand empereur mongol Kublai Khan et ses voyages ultérieurs au sud de la Chine, au Sri Lanka, à Sumatra et en Inde.

Bien que de nombreux lecteurs mettent en doute sa véracité, le livre exerce une influence considérable sur l'Europe contemporaine. Certains l'ont baptisé Il Milione (Les millions de mensonges). Ce ne sont pas tant les récits qui suscitent l'incrédulité que la description qu'on y trouve de la Chine d'alors, dépeinte comme plus grandiose et plus évoluée que l'Europe de l'époque. Et pourtant, Marco insiste : « Je n'ai raconté que la moitié de ce que j'ai vu! ». Pour prouver ses dires, il a ramené un domestique chinois et des objets précieux en soie et en or, y compris une tablette d'or qui lui a servi de laissez-passer et qu'il dira lui avoir été remise par le Grand Khan.

Pour en apprendre plus : Les mondes de Marco Polo