Les vaisseaux de Zheng He

Le premier voyage de Zheng He de l'autre côté de l'océan Indien compte 60 imposants galions ou « jonques ». Comptant 10 fois les dimensions du Santa Maria (bateau de Christophe Colomb), ces galions sont par ailleurs beaucoup plus avancés sur le plan technique.

La description que font les Chinois des énormes vaisseaux de Zheng He confond l'imagination : « Les bateaux qui sillonnent la "mer du Sud" sont aussi gros que des maisons. Quand leurs voiles sont déployées, elles ont l'air de gros nuages voguant dans le ciel. » Si les estimations faites au sujet de leur taille sont justes, ces navires pourraient prétendre au titre de plus gros bateaux en bois jamais construits.

Toutefois, il est difficile de corroborer ces dires, car les Chinois ont détruit tous les registres de ces géants des mers, qui ont transporté bien des trésors. Cependant, en 1962, des archéologues ont découvert, dans les ruines d'un chantier maritime de Nanjing, la tige en bois d'une barre de gouvernail qui aurait appartenu à l'un de ces navires. Sa longueur de 10 mètres permet d'estimer qu'elle avait été prévue pour un bateau dont la coque devait faire 150 mètres.

Puis, en 1973, les archéologues trouvent un vaisseau plus petit à Quanzhou. Ce bateau à deux mâts a probablement sombré autour de 1270. Il comporte 13 compartiments et renferme les restes d'une cargaison exotique composée d'épices et de bois de senteur qui provient en grande partie de l'Afrique orientale. L'épave de Quanzhou donne à penser qu'un siècle avant les légendaires voyages en mer de Zheng He, les Chinois se livraient déjà à d'ambitieux exploits commerciaux, d'un bout à l'autre de l'océan Indien.

Si les estimations sont justes, les jonques les plus imposantes de Zheng He dépassent de loin en taille les plus grands vaisseaux des explorateurs européens. Sans compter que les bateaux chinois sont très avancés sur le plan technique, notamment grâce à leurs compartiments étanches, à l'efficacité de leurs voiles au tiers qui permettent de serrer le vent et à leur gouvernail compensé, qu'on ne retrouvera sur les navires européens que des siècles plus tard.

Pour en apprendre plus : Expéditions Ming de l'Amiral Zheng He