À l'époque où la Chine domine les mers

Au cours de la brève période allant de 1405 à 1433, une importante flotte chinoise, sous le commandement d'un eunuque, l'amiral Zheng He, règne sur les mers et ce, aussi loin qu'en Inde et en Afrique orientale. Pourquoi les Chinois ont-ils fini par renoncer à leur suprématie navale et abandonner la mer aux Européens?

Au cours de la brève période allant de 1405 à 1433, une imposante flotte chinoise, commandée par un eunuque, l'amiral Zheng He, règne sur les mers et ce, aussi loin qu'en Inde et en Afrique orientale. Pendant ces années, la moitié du monde se retrouve sous la domination chinoise.

Zheng He est un musulman issu d'une famille de rebelles. Jeune garçon, on le castre et on l'emmène vivre chez le fils de l'empereur, Zhu Di. Il deviendra un homme brillant et tenace, un leader né au physique imposant. Quand Zhu Di conspire en vue de renverser l'empereur, Zheng He lui prouve sa loyauté et son leadership en tant que commandant de l'une de ses armées.

La flotte de Chine

Nul ne sait avec certitude pourquoi l'empereur Zhu Di décide de constituer une flotte d'une telle ampleur. Certains prétendent que c'est pour parcourir le monde à la recherche de l'empereur déchu qui s'est enfui, déguisé en moine bouddhiste. Les énormes navires, dont des jonques longues de 120 mètres comptant 9 mâts et 12 voiles carrées en soie, ne manquent pas d'impressionner quiconque s'en approche. On les charge d'articles de valeur destinés au commerce.

C'est donc Zheng He que Zhu Di place à la tête de la première expédition. En 1405, du port de Nanjing, 317 bateaux lèvent l'ancre avec à leur bord, 28 000 marins. Avant le départ, l'équipage s'incline devant le compas (une invention chinoise — voir le Gros plan intitulé L'invention de la boussole), qui représente à la fois leur guide et leur salut. Cette flotte est sûrement la flotte la plus considérable jamais vue; en effet, il faudra encore 500 ans avant qu'une flotte plus importante ne soit constituée.

La flotte de Zheng He navigue d'abord en mer de Chine orientale, longe la côte chinoise, puis se dirige vers le Vietnam, au sud. Elle poursuit sa route vers Java, Sumatra, le Ceylan (maintenant le Sri Lanka) et Calicut sur la côte indienne. Au fil des escales, les équipages échangent de la soie et de la porcelaine contre de l'acajou, du camphre, du bois d'aloès, de l'ébène, de l'oliban, des perles, du poivre et du gingembre.

D'autres expéditions auront pour destination la Perse et la côte africaine. Il aurait été facile pour Zheng He de contourner l'Afrique et de se rendre en Europe, mais cette contrée reculée présente peu d'intérêt pour les Chinois.

La dernière expédition de Zheng He

Zhu Di meurt en 1424. Son successeur, Zhu Gaozhi, ne s'intéresse pas aux expéditions en mer. Toutefois, quand un nouvel empereur, Zhu Zhanji, lui succède neuf mois plus tard, celui-ci organise une dernière expédition, la plus importante jusqu'alors. Zheng He sait que ce sera sa dernière. Il meurt en 1431, et son corps est immergé en haute mer. Son décès marquera la fin de l'épopée de la marine chinoise.

La Chine se replie alors sur elle-même. Les empereurs décident que c'est la Grande Muraille qui la protégera et non la mer. Ils reviennent au confucianisme, qui décrète que l'homme doit demeurer chez lui et s'occuper de sa famille. En 1500, s'embarquer pour un périple en mer devient illégal. En 1525, un décret ordonne la destruction de tous les bateaux susceptibles de prendre la mer. Le savoir-faire en matière de construction navale se perd en une seule génération; les Chinois ne retrouveront jamais leur suprématie technique…

C'est ainsi que la Chine abandonne ses activités en mer, au moment même où les nations européennes s'aventurent de plus en plus loin, en quête d'une route maritime vers ces mêmes ports désormais abandonnés par les Chinois. En 1498, l'explorateur portugais Vasco da Gama atteint enfin Calicut en Inde. Il ne fait aucun doute que les marchands locaux ont dû être déçus devant les misérables lainages et babioles qu'il avait à échanger.

Pour en apprendre plus : Beijing commémore le 600ème anniverssaire des expéditions maritimes de Zheng He