Les Chinois

(créé par 7th Floor Media)

Les Chinois, présents depuis longtemps au Canada, constituent aujourd’hui le troisième plus grand groupe ethnique au pays, après les Anglais et les Français. Les Canadiens d’origine chinoise – soit près de 1,5 million de personnes – constituent une communauté vivante caractérisée par un esprit entrepreneurial dynamique et par l’importance qu’elle accorde à l’éducation, aux traditions culturelles florissantes ainsi qu’aux valeurs familiales et communautaires.

Les premiers immigrants chinois au Canada

Les premiers immigrants chinois, soit un groupe de 50 artisans qui accompagne le capitaine John Meares, commerçant de fourrures, s’installent en Colombie-Britannique dès 1788. Dans les années 1850, beaucoup d’autres arrivent sur la côte Ouest du Canada par les champs d’or de San Francisco. Dans les années 1880, environ 15 000 de ces immigrants, dont la plupart sont de jeunes paysans, travaillent dans des conditions épouvantables et dangereuses à la construction du chemin de fer Canadien Pacifique. Des communautés chinoises se développent dans tout le pays en grande partie grâce au chemin de fer.

Au 19e siècle, la guerre et l’agitation politique en Chine poussent de nombreux paysans et ouvriers à chercher des opportunités ailleurs. De 1858 à 1923, des milliers de Chinois immigrent au Canada, bien que la taxe d’entrée (imposée aux Chinois seulement) – qui est d’abord de 50 $, puis de 500 $ – fasse baisser le nombre de nouveaux immigrants. Enfin, le 1er juillet 1923, jour que beaucoup de Canadiens d’origine chinoise appellent le « Jour de l’Humiliation », la restrictive Loi de l’immigration chinoise est remplacée par une loi encore plus sévère qui met pratiquement fin à l’immigration chinoise pendant le quart de siècle qui suit.

Les Chinois au Canada, en butte à l’hostilité, la discrimination et la méfiance, forment leurs propres communautés, très unies. Le quartier chinois de Vancouver, notamment, devient un centre économique et social prospère pour les familles et les commerces. En dehors du quartier chinois, de nombreux Chinois trouvent du travail (à de bas salaires) dans les scieries et les conserveries de la Colombie-Britannique, parfois dans des équipes de travail dirigées par l’entrepreneur qui a payé le coût de leur immigration au Canada. Les premiers professionnels chinois ont tendance à proposer leurs services principalement à la communauté chinoise. Pendant des années, en Colombie-Britannique, les Chinois n’ont pas le droit de pratiquer certaines professions, notamment dans les secteurs du droit, de la comptabilité et de la pharmacie.

Les immigrants chinois au Canada après 1947

En 1947, la politique canadienne d’immigration change, ouvrant à nouveau la porte aux immigrants chinois. Depuis, de nombreuses familles et personnes chinoises émigrent de Hong Kong, de Taiwan et de la Chine, ainsi que d’ailleurs dans le monde. Beaucoup arrivent au Canada avec des titres de compétence professionnels, un niveau d’instruction élevé et une bonne connaissance de l’anglais, ce qui les aide grandement à s’installer dans leur nouveau pays, surtout dans les régions urbaines de l’Ontario et de la Colombie-Britannique. Les Canadiens d’origine chinoise participent maintenant à tous les secteurs de la population active, aux affaires et à la vie politique canadienne.

Les Canadiens d’origine chinoise de nos jours

La communauté sino-canadienne reflète les valeurs et les traditions sociales et culturelles anciennes et nouvelles. Les liens de parenté restent forts, même si la nature des familles et des groupes fondés sur la parenté change au fil des ans. Diverses associations inspirées de modèles chinois ont traditionnellement une place importante dans la vie communautaire. Peu à peu, des organisations plus typiquement canadiennes (comme les Élans et des associations d’anciens combattants) sont mises en place dans la communauté. Au fil du temps, les organisations professionnelles, comme la Chinese Professionals Association of Canada (fondée en 1992), prennent de l’importance. Des groupes culturels (dont beaucoup sont créés pour offrir des services aux Chinois venus de différentes régions du monde) ainsi que des activités culturelles traditionnelles, comme le théâtre, l’opéra chinois et les arts martiaux, sont toujours en plein essor. De plus, les journaux et les émissions de télévision de langue chinoise sont très populaires. Parallèlement, les Canadiens d’origine chinoise contribuent grandement à une nouvelle culture littéraire et artistique dynamique, et des auteurs, des cinéastes et des musiciens canadiens d’origine chinoise se font connaître bien au-delà des frontières canadiennes.

Pour les Chinois au Canada, la religion s’exprime habituellement en privé, et les résultats de plusieurs recensements indiquent qu’elle perd de l’importance chez les Canadiens d’origine chinoise. Certains pratiquent le bouddhisme, tandis que d’autres sont catholiques ou protestants et qu’une petite minorité observe d’autres traditions religieuses ou philosophiques. Des Canadiens d’origine chinoise d’appartenances diverses se réunissent pour célébrer des festivals importants, en particulier celui du Nouvel An lunaire.

L’éducation est importante dans la vie chinoise, notamment du fait de la tradition confucéenne, qui accorde une grande valeur au savoir. De nombreux Canadiens d’origine chinoise poursuivent des études supérieures, et il existe un grand nombre de programmes d’échange d’étudiants entre la Chine et le Canada.

Sur la scène politique, les Chinois au Canada ont toujours été actifs, depuis bien avant l’obtention du droit à la citoyenneté et du droit de vote (qui ne leur sont accordés qu’en 1947). La Victoria Workingmen’s Protection Association, fondée en 1876, est l’une des premières organisations militant pour les droits civils à se mobiliser contre les mauvaises conditions de travail et les contraintes économiques. Les Canadiens d’origine chinoise se rassemblent aussi pour protester contre la taxe d’entrée et la Loi de l’immigration chinoise de 1923. Leurs efforts à Ottawa ne portent pas fruit à l’époque, mais des années plus tard, en 2006, la communauté sino-canadienne finit par recevoir du gouvernement fédéral des excuses et une réparation pour la taxe d’entrée imposée pendant près de 40 ans. Le Conseil national des Canadiens chinois, établi vers 1979 et qui notamment milite en faveur d’un redressement pour la taxe d’entrée, est aussi une importante organisation politique qui protège les droits civils et de la personne des Canadiens d’origine chinoise. Aujourd’hui, ceux-ci sont nombreux à participer à la politique, à différents paliers.

Les relations entre le Canada et la Chine

La Chine est un important marché d’exportation pour les produits canadiens comme les ressources naturelles, et le Canada importe une grande quantité de marchandises (comme des produits électroniques et de l’équipement mécanique) de la Chine. Le Canada investit également dans bien des secteurs de l’économie chinoise. Les deux pays entretiennent des relations diplomatiques amicales depuis 1970 et il existe entre eux d’importants liens scientifiques, culturels et académiques. En 1994, le Canada établit une politique concernant la Chine qui met l’accent sur le partenariat économique, le développement durable, les droits de la personne, la bonne gouvernance ainsi que la paix et la sécurité. Depuis récemment, l’accent est aussi mis sur le changement climatique, l’environnement et la santé publique.

Pour en apprendre plus :
Chinois
Les premiers Canadiens d’origine chinoise 1858-1947